EXEMPLES DE MAUVAIS RAISONNEMENTS (XIII)

Publié le par Joseph Jacotot

On me dit que le fondateur donne avis aux autorités, dans le second ou troisième volume, qu’une régence qui désirerait faire jouir ses administrés du bienfait (comme le philosophe l’appelle), pourra s’adresser avec confiance au bienfaiteur. Or, aucune régence ne s’est souciée du bienfait ; le susdit bienfaiteur n’a reçu aucune commande relativement au bienfait susmentionné ; pas une régence n’a voulu faire jouir ses administrés de la jouissance de l’impayable bienfait. Eh bien ! ajoute-t-on, le bienfaiteur colporte partout son bienfait gratuit, et personne n’en veut pour rien. Cela est clair ; qu’y a-t-il à répondre à ce silence ? Il avoue encore, dans un autre volume, que les états généraux du royaume n’ont pas dit un mot du bienfait qui fait tant de bien depuis dix ans ? Quelle réponse a-t-il donné à cette objection écrasante ? Il dit bêtement : Cela prouve que les états-généraux n’en ont pas parlé.

 

Je ne répondrais pas ce que le fondateur a répondu, ma is je dirais : Voyons si les petits écrivent bien quand ils parlent du bienfait. Voilà la question.

 

On me dit que, pour se tirer de l’embarras où le jette le silence de tous ceux qui le connaissent, il a fait faire son éloge par des journalistes étrangers, dans des pays où il n’est pas connu. A beau mentir qui vient de loin. Il a fait rédiger à Paris quelques numéros en son honneur ; il a dicté un long article au Précurseur de Lyon, qui appelle notre philosophie une forte tête, et qui voudrait voir la forte tête grand-maître de l’instruction en France; mais ces jongleries n'ont pas fait fortune en Hollande. Nous ne faisons point aux Français l’injure de croire que les fortes têtes françaises soient du calibre de la mauvaise tête du philosophe, et si, par hasard, le Précurseur avait raison, cela prouverait tout en plus que les fortes têtes de France sont bien peu de chose.

Je répondrais qu'on change toujours la question; et qu'il faut voir si la tête du petit Flamand qui écrit si bien est du même acabit que la forte tête du Hollandais qui vient de parler.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article