Joseph Jacotot - E. U. Langue Maternelle Post-scriptum 13

Publié le par Joseph Jacotot






Pages  442 à 449






POST-SCRIPTUM

Treizième partie




    Français, l'opinion est la reine du monde.
    Tous les grands changemens dont parle l'histoire sont dus au changement d'opinion. La face politique de la France est changée: c'est un fait. Qui a produit ce changement? L'opinion. Vous êtes sous le joug des explicateurs, pourquoi cela? Parce que vous croyez en la nécessité des explications. Si vous changiez d'avis, tout l'échafaudage abrutissant s'écroulerait de lui-même. Si les villages croyaient à l'égalité des intelligences, l'université changerait de ton et de langage, l'académie française donnerait, pour sujet de prix, l'éloge de l'opinion nouvelle. Quelques esprits forts diraient peut-être encore tout bas: J'ai plus d'esprit que mon voisin; mais en public, à la barrre, à la tribune des députés et même la chambre des pairs, on  n'oserait plus insulter à l'espèce humaine.

    Par toute la terre, c'est l'opinion des paysans qui fait la loi. Abrutis comme ils l'ont été jusqu'à ce jour, ils imposent durement leur manière de penser à ceux qui les gouvernent. Les sultans paraissent tout-puissans: quel est celui qui oserait rire, en parlant de Mahomet qui s'avisa un jour de mettre la lune dans sa poche? L'opinion, quelle qu'elle soit, est la reine du pays où les paysans la proclament.

    Français, votre sort est entre vos mains. Vous n'avez pas besoin de maîtres explicateurs. Dès que vus le croirez, il n'y en aura plus.

Au surplus, vous voilà prévenus. Sera-ce la France, ou l'Angleterre ou l'Allemagne, qui adoptera la première l'opinion de l'égalité des intelligences?  Je l'ignore. C'est à Dijon, ma patrie, qu'il y a le moins de disciples de l'Enseignement universel. Peut-être cela commencera-t-il hors de l'Europe. Encore une fois, vous aurez été prévenus.

    Les personnes qui liront attentivement mes ouvrages remarqueront que le nouveau système d'instruction renferme deux parties distinctes. La première partie est relative au mode d'enseignement; la seconde à l'ordre des études.

Mode d'enseignement


    On a donné le nom de méthode à une certaine suite d'explications orales données par un maître instruit à un élève ignorant. Cette signification du mot méthode, étant connue de tout le monde, n'est pas applicable à l'Enseignement universel où l'on n'explique rien. De là vient que beaucoup de savans de très bonne foi n'ont pas compris cette phrase: L'Enseignement universel est une méthode par laquelle on enseigne ce qu'on ignore; En effet, si par le mot enseigner, on veut dire  expliquer, communiquer ce qu'on sait, il est évident que la phrase dont il s'agit renferme une contradiction palpable: c'est l'énonciation d'une absurdité.

    Il faut même avouer qu'au premier aperçu, il est difficile de se faire une idée nette de ces mots: Enseigner ce qu'on ignore. En effet, on a toujours cru à l'inégalité des intelligences, par conséquent à la faiblesse de l'intelligence des enfans et, par suite, à la nécessité des explications orales. Il est donc naturel que ceux qui ont l'opinion de l'inégalité regardent comme un homme atteint de délire celui qui dira: J'enseigne ce que j'ignore. En vain traduira-t-il autrement cette pensée, en vain ajoutera-t-il: On apprend avec moi ce que j'ignore. Cette seconde phrase n'est pas plus intelligible que la première, pour celui qui est préoccupé de l'idée que les explications sont nécessaires.

    En vain l'auteur essaiera-t-il d'expliquer ce fait bizarre en disant: L'élève apprend sans explications parce que les intelligences sont égales. C'est précisément cette prétendue explication qui renverse tout le système. Les plus raisonnables diront: Il est au moins très douteux que les intelligences soient égales ( l'auteur lui même avoue que cette égalité n'est qu'une opinion) il est, par conséquent, très douteux qu'un enfant ait assez d'intelligence pour se passer d'explications orales; ainsi le système des maîtres ignorans est un système absurde. Les plus modérés semblent avoir au moions le droit de penser que les promesses de cette espèces sont téméraires, et les essais très aventureux.


    Je conviens de tout cela. Je ferai seulement observer aux personnes qui parlent ainsi de bonne foi, qu'elles changent la question sans y faire attention. Il ne s'agit point de promesses mais de choses faites. On raisonne, quand il faut regarder; on discute la possibilité tandis que le fait est présent.

    Je ne dis pas: je crois que les intelligences sont égales, donc un enfant peut s'instruire sans maître explicateur: c'est là ce qu'on appelle un système.

    Mais je dis: j'ai enseigné ce que j'ignore, ou, si vous voulez, plusieurs personnes ont  appris avec moi ce que j'ignore: donc elles ont appris sans explication; j'en préviens le public afin  qu'il puisse profiter de cette expérience nouvelle.

   Je crois que tout homme a l'intelligence d'écrire sans explication, j'en ai vu beaucoup d'exemples.
    Je crois que tout homme a l'intelligence de dessiner très bien, dès le premier essai, sans explications. J'en ai vu beaucoup d'exemples.
   Je crois que tout homme peut apprendre sans explications l'exécution, la composition, l'improvisation lmusicale; qu'il peut faire des romances, des duos, des trios, des quatuors des partitions etc., sans maître qui lui explique le contrepoint. J'en ai vu beaucoup d'exemples.
    Je crois que tout homme peut écrire les langues comme les meilleurs écrivains sans aller au collège; j'en ai vu beaucoup d'exemples.
   Je crois que tout homme peut bien modeler dès le premier essai, et qu'il peut mélanger les couleurs en peignant tout de suite d'après nature, toujours sans qu'on lui donne d'explication; j'en ai vu beaucoup d'exemples. j
  Je crois que tout homme peut apprendre très vite et très bien les langues mortes et vivantes sans explications ( il s'agit toujours d'explications orales ) j'en ai vu beaucoup d'exmples.
  Je crois que tout homme peut apprendre la prononciation d'une langue étrangère sans aucune explication seulement en entendant parler.

Je crois enfin que tout homme peut tout apprendre seul et sans explications orales.

    Voilà ce que je dis. Je pense qu'on ne peut que me savoir gré d'avoir publié les faits dont j'ai été le témoin. Qu'arrivera-t-il? Quelques pauvres essaieront et ils réussiront tous. Si quelques-uns seulement réussissent, ils verront s'ils ont manqué d'intelligence ou de volonté. De leur côté les savans réfléchiront à cet ensemble de faits nouveaux, inouïs et pourtant incontestables, et ils verront le parti qu'ils peuvent tirer de la découverte.

    Quoi qu'il en  soit, je ne dis pas : je crois, etc., en conséquence je propose tel système d'éducation, mais je dis: j'ai vu etc., et je pense, etc. Pensez comme moi si vous voulez; je veux vous rendre service en vous annonçant des faits qui n'ont jamais été vus par personne.

    Lorsque, au milieu de toutes les méthodes explicatrices je fis cette anoonce au public, il était facile de prévoir ce qui est arrivé. Le bienfait fut promulgué dans un  style peu soigné, et par cette raison, très énergique, peut-être même un  peu dur. Les explicateurs furent irrités; le public même, qui a l'opinion de l'inégalité, se révolta. Et, comme il arrive quand on est fâché, on alla jusqu'à nier les faits. Mais peu à peu les esprits se calmèrent et déjà on ne jette plus de cris quand on entend parler de l'égalité des intelligences. On commence à croire que quelques personnes peuvent s'instruire sans maître explicateur; on n'oserait même plus déterminer la quotité d'indiviuds capables d'obtenir ce résultat: plus on essaie, plus on en trouve. On dit même qu'il n'y a point d'homme sur la terre qui n'ait appris quelque chose par lui-même et sans maître explicateur. On a raison. L'Enseignement universel existe réellement depuis le commencement du monde à côté de toutes les méthodes explicatrices; cet enseignement, par soi-même, a réellement formé tous les grands hommes. L'artisan dans sa boutique dès qu'il veut réfléchir se perfectionne tout seul. Tout homme a fait cette expérience mille fois dans sa vie, et cependant il n'était jamais venu dans l'idée de personne de dire à un autre: j'ai appris beaucoup de choses sans explications, je crois que vous le pouvez comme moi.

    C'est bien peu de chose sans doute, et personne n'y avait jamais pensé. Cela est, je l'avoue, trop simple pour qu'on le comprenne la première fois qu'on l'entend dire. L'homme s'est créé une infinité de besoins factices qu'il regarde comme nécessaires. Les explications orales sont de ce genre.

  Il y a du hasard à s'en être aperçu mais le publier est un bienfait.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article