Durietz pages 157- 158

Publié le par Joseph Jacotot



Tout ce qui frappe les sens intéresse l'élève, excite vivement sa curiosité: c'est par les sens que nos premières idées pénètrent dans l'âme et produisent  d'autres idées. Ainsi les questions adressées aux élèves ne sauraient être trop multipliées, puisque c'est par les questions qu'on les force à regarder, et conséquemment à comprendre, en leur donnant la preuve que s'ils ne parlent qu'en regardant les faits, leurs réponses seront toujours justes.

Si au commencement les réponses sont quelquefois vagues et indécises, comme il doit toujours les justifier, l'élève perdra promptement l'habitude inconvenante de parler au hasard.
"En quel endroit de votre livre avez-vous vu ce que vous dites? "doit être la question perpétuelle. "Justifiez " doit être l'éternel refrain  du maître.

Le but à atteindre est de faire observer à l'élève un tout dans la liaison de toutes ses parties, à le lui faire regarder sous tous les sens et dans toutes ses relations, en rapportant toujours ce qui suit à ce qui précède, en ayant soin de ne fixer son attention sur un nouvel objet qu'après avoir épuisé ce qu'il y avait à voir dans le premier et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'il ait acquis une grande habitude à voir un ensemble dans tous ses détails, pour les réunir et les considérer dans un seul tout.


Ensuite on demande à l'élève des réflexions générales sur des faits particuliers. Cet exercice qui se retrouve dans tous les autres exige une grande attention, en ce qu'il étonne l'élève au commencement par l'idée fausse que souvent il s'en fait, en particulier ceux qui ne voient rien dans les passages qui leur sont proposés.

Quelques uns sont retenus par la crainte de trop peu dire, d'autres par celle de dire mal, et la plupart enfin par la disette d'expressions. On vaincra ces premières difficultés en les engageant à regarder les faits pour dire ce qu'ils en pensent, peu importe de quelle manière.

Les premiers résultats seront d'abord peu de chose, le style se formera bientôt. Le point principal, c'est d'apprendre à regarder le fait; rien ne sera plus facile que d'écrire ensuite les réflexions qu'il ne manquera pas de faire naître.

Il résulte de toutes les observations que le but de la méthode est de concentrer les élèves dans un cercle d'attentions continues. Contraints d'agir par eux-mêmes, ils doivent à chaque instant mettre leurs facultés en action pour obtenir un résultat qu'ils savent devoir être vérifié par le maître; tandis que dans la vieille routine, les opérations machinales où l'intelligence est presque sans action, loin de soutenir l'attention la détournent presque continuellement.

Commenter cet article