Benoit Gonod - Nouvelle exposition de la méthode Jacotot * 11*

Publié le par Joseph Jacotot


 
Pages 41 et 47


LANGUE MATERNELLE ET COMPOSITION

Une des connaissances les plus importantes à acquérir est, sans contredit, celle de sa propre langue, ou l'art d'exprimer ses idées avec facilité et d'une manière nette, précise et correcte.

On croit vulgairement que les enfants et surtout les jeunes gens savent leur langue maternelle, parce qu'ils parlent, parce qu'ils interrogent et répondent. Il y a ici une distinction essentielle à faire. Les enfans connaissent la langue des besoins; les jeunes gens et le commun des hommes savent la langue des relations de société. Mais ce n'est pas là toute la langue française; ce n'en est même pas la plus grande partie.

Le vocabulaire de la langue des besoins ne s'élève guère qu'à deux mille mots; la langue des rapports de société et de commerce est riche de mille à deux mille expressions de plus. Mais les langues descriptive, historique, oratoire, poétique, qui sont si abondantes et qui font prendre si souvent, même aux mots de la langue des besoins une figure, une face, une signification nouvelle; mais les langues des sciences et des arts qui s'enrichissent tous les jours, voilà des acquisitions immenses à faire, et infinies.

Acquisitions qui ne peuvent être que le fruit d'études sérieuses et surtout bien dirigées.

L'ignorance de ces langues, que la plupart des enfans n'ont apprises nulle part est le plus grand obstacle à l'intelligence des auteurs latins et français qu'on leur fait étudier, et qu'ils ne peuvent ni comprendre ni saisir, et qui par conséquent ne leur inspirent aucun intérêt.

OBSERVATIONS

Ne faites jamais que des questions dont la réponse soit dans le livre qu'on sait, n'importe où. Quand bien même les élémens de la solution seraient épars, c'est à la mémoire de les assembler.

Il ne faut pas prétendre qu'un élève nous fasse la réponse que nous avons nous-mêmes dans l'esprit. Un fait, de même qu'un corps, peut être vu de mille côtés divers et l'enfant n'est pas toujours placé au même point de vue que le maître. C'est ce qui peut donner lieu à des manières de juger différentes, et par conséquent à des réponses inattendues.

Ne vous inquiétez pas non plus d'une réponse peu juste, mais demandez toujours où en est le fait.

L'élève accoutumé à réfléchir réformera lui-même des jugemens erronés que la précipitation lui aurait fait porter.





Commenter cet article

Luc 05/02/2009 17:37

Je suis resté interdit devant ce texte Il dit avec une grande clarté la raison pour laquelle les élèves commencent à plafonner à l'entrée du collège (notamment ceux de mileu modeste) parce que leur langue maternelle leur fait cruellement défaut au-delà des 500 mots qu'ils maîtrisent et avec lesquels on les a fait faire de façon prématurée des activités qui ont éveillé leur désir, leur intérêt, mais finissent par leur inspirer un quasi dégoût dès lors qu'elle nécessite des outils de pensée dont l'enfant s'aperçoit alors qu'il est en grande partie dépourvu.Des lignes que je retiens préciseusement .