Benjamin Laroche: Méthode Jacotot en présence de l'Enseignement Universitaire - 10

Publié le par Joseph Jacotot



Maintenant, si tu veux te récréer un moment, viens avec moi dans une classe élémentaire abrutissante; mais n'y conduis pas ton fils : le spectacle du mal n'est jamais bon; et les Spartiates avaient tort d'apprendre à leurs enfans ce que c'était que l'ivresse, en leur faisant voir des esclaves ivres.


Nous voilà dans la classe d'écriture. On dirait d'une immense manufacture. Voilà des règles, des crayons pour tracer. Que d'embarras ! que d'apprêts ! on se croirait à l'exercice des recrues. La tête droite ! le haut du corps en avant! le coude rapprocJié du corps! Tenez mieux votre plume! Vous prenez trop d'encre!

Et l'enfant ,'étourdi de tant de préceptes, ne sait à quel saint se vouer, et griffonne au hasard quelques caractères illisibles.

On lui prescrit de tracer d'abord des caractères d'un pouce de hauteur; on l'oblige à faire des jambages, puis des pleins, des déliés. Au bout d'un mois, on arrive aux lettres, puis aux syllabes, puis aux mots , puis aux phrases; toujours le même système, la même routine. C'est un aveugle que l'on guide, sans lui dire où il va, ni par où il passe.


Nous, au contraire, nous disons à notre élève : « Ouvrez bien les yeux, et voyez; comparez, jugez,  imitez. » Et notre élève qui voit, compare, juge, imite, laisse bien loin derrière lui l'aveugle et ses guides pédans.

Mère de famille, ton fils sait lire et écrire, que l'élève universitaire épelle encore des syllabes, ou peut-être même récite son alphabet et trace des ovales. Le moment est arrivé d'enseigner à ton fils sa langue maternelle ; et seule tu dois encore: être son guide dans cette carrière nouvelle.

Ne t'effraie pas. L'enseignement Universel va venir encore à ton secours, et t'aplanir les obstacles.

Rejette bien loin ces Dictionnaires et ces Grammaires poudreuses ; repousse les Wailly, les Restant, les Letellier, effroi de la jeunesse , épouvantails universitaires  placés aux portes des études classiques, comme pour en interdire l'accès à tout  autre qu'au petit nombre des adeptes privilégiés.


Garde seulement ton modeste Lomond, mais seulement pour t'en servir plus tard, lorsque ton élève saura et voudra vérifier ce qu'il aura appris, et coordonner, classer les richesses qu'il aura acquises.

Nous n'entrerons point dans le développement des moyens employés par la méthode pour l'enseignement de la langue maternelle. Nous renvoyons le lecteur à l'ouvrage-même, publié par le fondateur, sous le titre de Langue maternelle. Nous engageons les professeurs universitaires à lire attentivement cet ouvrage qui contient la condamnation irrévocable de leur système rétrograde, ce livre admirable qui est à nos yeux le bien des droits de la jeunesse et de l'enfance, qu'elle émancipe à jamais des langes universitaires . Transcrivons ici le sommaire de cet ouvrage, tel que l'a publié un des premiers disciples de l'enseignement universel.

* On fait apprendre par cœur les six premiers livres du Tèlémaque, dont on répète un ou deux chaque jour, selon le temps destiné à la lecon ; ou bien,

« On fait apprendre par cœur le premier livre de Télémaque. On fait lire le second livre et le raconter sur- le-champ. On fait lire le 3e livre, puis le 4e, le 5", le 6e ...

 On pourra consulter également un ouvrage publié par M. E. Boulmy, sous le titre de Considérations sur la Méthode Jacotot, contenant une instruction normale très détaillée sur la lecture, l'écriture, la langue maternelle, les langues étrangères , etc. ; ainsi que le rapport adressé par M. Baudoin à M. de Valisménil, sur les résultats et l'influence de la Méthode.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luc 26/03/2009 18:22

Ici aussi, beaucoup de précautions et de mesurepour mettre en oeuvre ce qui est proposé.Que l'on pourrait encore une fois confondre et ce serait un contre sens complet, avec du laisser aller, alors même qu'il s'agit d'une rigueur d'un ordre supérieur.