Benjamin Laroche: Méthode Jacotot en présence de l'Enseignement Universitaire -24

Publié le par Joseph Jacotot




Que les amis de l'ordre se rassurent ! Que M. le duc de Lévis calme ses alarmes ! la doctrine de l'égalité des intelligences est une doctrine toute de bienfaisance et de paix. Les rois n'ont point à la redouter; elle n'a rien de commun avec le carbonarisme ; ce n'est pas elle qui recrutera les conspirations, et qui se chargera de fournir au noble pair le sujet de ses:romans. Elle ne troublera pas plus le calme des Cours que la paix des ménages.

Les conseillers émérites du prince peuvent dormir sans inquiétude. La chambre quadragénaire peut voter en paix nos subsides et nos lois.

Nous ne voyons pas ce que peut gagner une question à être obscurcie par son mélange avec des questions étrangères. Nous ne voyons pas ce que peuvent avoir de commun la politique et une question de métaphysique. Cette confusion nous semble être un obstacle à toute saine discussion. Elle tend à donner aux débats de la raison l'allure passionnée des luttes de parti; et à l'époque où nous vivons, c'est le plus mauvais service qu'on puisse rendre à la vérité que de mêler sa Cause à celle des passions politiques.

On a demandé pourquoi nous insistions sur le principe de l'égalité des intelligences. On a dit que cette question devait rester étrangère à l'Enseignement Universel.
Quelques disciples de M. Jacotot ont eux-mêmes paru le croire, et considérer ce principe comme inutile!


Nous ne partageons point cet avis. L'Enseignement Universel peut se passer, peut-être, du dogme de l'égalité des intelligences. L'émancipation intellectuelle ne le peut pas. Elle vit par le principe, elle tomberait avec lui.

L'émancipation intellectuelle repose sur cette vérité fondamentale, que l'homme peut tout apprendre par lui-même, et sans recourir à l'aide d'une intelligence étrangère !

Or, que deviendra l'émancipé qui n'aura pas foi à sa propre intelligence, qui croira à l'inégalité des intelligences ? Ne sera-t-il pas tenté de se rebuter au premier obstacle, de prendre un défaut d'énergie et de volonté pour un défaut d'aptitude ?



Commenter cet article