E.U. Langue Maternelle Page I à IX Avant-propos à la première édition

Publié le par Joseph Jacotot


Sommaire de l'ouvrage

 




Avant - propos de la première édition


Je me propose de vous exposer la marche qu'il faut suivre pour acquérir des connaissances à peu de frais et avec économie de temps. Je déclare que je ne répondrai à aucune critique; mais j'engage tous ceux qui emploient l'Enseignement universel à changer leur méthode en profitant des observations qui leur paraîtront justes. On fera ainsi une suite d'expériences dont le mérite sera prouvé par les résultats. Quant à moi je ne garantis que la méthode dont je vais donner l'idée.

Je pense que tout homme est un animal raisonnable capable par conséquent de saisir des rapports. Quand l'homme veut s'instruire, il faut qu'il compare entre elles les choses qu'il connaît, et qu'il y rapporte celles qu'il ne connaît pas encore.

Sans doute ce peu de lignes contiennent déjà une foule de questions de métaphysique; mais je n'ai pas le temps de parcourir ce labyrinthe avec ceux qui désireraient m'y entraîner. je ne cherche pas à démontrer une théorie, c'est un fait que je vais raconter, c'est une expérience que nous avons à faire, c'est un résultat qu'il faut obtenir. Si j'ai commencé par donner à entendre que je suppose une intelligence égale dans tous les hommes, mon projet n'est pas de soutenir cette thèse contre qui que ce soit. C'est mon opinion, il est vrai; cette opinion m'a dirigé dans la succession des exercices qui composent l'ensemble de la méthode, et voilà pourquoi je crois utile de poser en principe :

Tous les hommes ont une intelligence égale.


Ce n'est pas là la maxime de tous nos savans, mais c'est celle de Descartes et de Newton: ce qui pourtant ne prouve rien. Cependant dira un critique, si votre méthode est basée sur ce fondement fragile, la base croulant, l'échafaudage, c'est à dire la méthode, doit s'écrouler aussi. Je pourrais répondre au critique: Si ma méthode conduit à un résultat satisfaisant, la vérité de cela ne dépend pas plus de mon opinion que de la vôtre. Quand je ne démontrerais pas clairement que la route doit conduire au but, il ne s'ensuivrait pas que je ne l'ai pas atteint. Beaucoup d'expériences dont personne ne doute sont restées sans explication. Vous tournez dans un cercle vicieux, ajouterait l'argumentateur : quand on vous demande des faits, vous commencez par poser un principe; et lorsqu'on attaque votre principe, vous vous retranchez dans des faits connus de vous seul. Je répondrais; on insisterait, et la dispute serait interminable.


J'ai déjà dit que je ne veux pas discuter; et, pour le risque de la laisser aussi circuler comme invincible. Le lecteur pourra se décider de suite, et jeter le livre; mais au moins il ne m'accusera pas de l'avoir tenu longtemps en suspens.

Quant à ceux qui veulent essayer et s'assurer, par leur propre expérience, de l'efficacité de la méthode, je les prie de me lire avec attention. Je ferai tous mes efforts pour être clair: je ne réclame pas leur suffrage, je ne sollicite pas une aveugle approbation, mais je demande de la confiance, de la docilité et de la persévérance à suivre la route que je vais leur indiquer.

Si ce livre tombe par hasard entre les mains d'un savant étranger qui veuille diriger une éducation d'après ma méthode, je me contenterai de lui dire : Faites apprendre un livre à votre élève, lisez-le vous - même souvent, et vérifiez si l'élève comprend tout ce qu'il sait, assurez vous qu'il ne peut plus l'oublier; montrez lui enfin à rapporter à son livre tout ce qu'il apprendra par la suite, et vous ferez de l'Enseignement universel. Si ce peu de mots ne suffisent pas au savant, je crains qu'il ne me comprenne pas davantage en continuant la lecture; car je ne dirai pas autre chose que ce que je viens de dire:

Sachez un livre, rapportez -y tous les autres


Voilà, ma méthode. Du reste, variez les exercices dont je parlerai, changez leur ordre : peu importe. Si vous apprenez un livre et si vous y rattachez tous les autres, vous suivrez la méthode de l'Enseignement universel. ce n'est pas seulement pour commencer par les rudimens que nous nous égarons, c'est parce que nous ne savons pas même les rudimens en sortant du collège. On n'est pas savant par ce qu'on a appris, on n'est savant que lorsqu'on a retenu.


Je n'aurais rien à ajouter pour les savans : chacun d'eux examinera facilement ce qu'il faut faire. Mais ayant suivi une autre marche pour acquérir leurs connaissances, je ne crois pas qu'ils aient assez de confiance pour introduire un élève dans la nouvelle route. Presque tous ceux qui sont venus à Louvain pour conférer avec moi m'ont paru étonnés de mon système, mais je n'oserais pas me flatter d'en avoir convaincu un seul, quoique j'en aie persuadé plusieurs. D'autres ont été surpris de la négligence de mon langage, et je ne doute pas qu'on ne relève, dans cet écrit, des expressions familières qui m'échappent quelquefois. On croira, peut-être, apercevoir dans cette remarque la preuve de la fausseté de la méthode : comment croire, en effet, qu'un homme qui écrit avec si peu d'élégance va donner des leçons de style? Je ne répondrai pas plus à cette objection qu'à toute autre.



Si je travaille jamais à l'histoire de l'Enseignement universel, je tacherai alors de soigner mon style. C'est une histoire plaisante, comme le sont toutes les histoires où les petites passions sont en jeu. Aujourd'hui j'écris pour instruire, et non pour amuser ou émouvoir : j'écris pour les établissemens d' Enseignement universel. On y apprend que mon style ne fait rien à l'affaire, et que la réthorique et la raison n'ont rien de commun. Je ne citerai aucun fait : ceux qui les connaissent n'en ont pas besoin, ceux qui les ignorent les connaîtront un jour, ceux qui ne veulent pas voir ne verront jamais.


Galilée prêtait complaisamment sa lunette à tout le monde : les uns y voyaient les satellites que le philosophe avait découvert; les autres disaient, écrivaient et imprimaient qu'on ne voyait pas les satellites. C'était un fait pourtant. Demandez à ceux qui l'assurent aujourd'hui, s'ils ont vu les satellites? Ils vous répondront qu'ils n'ont point d'intérêt à le nier : Tout est dans tout.

 

 

Suite


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

le bateleur 13/11/2007 14:14

Souvent le désaccord avec le postulat de base de Jacotot "Tous les hommes ont une intelligence égale."résulte d'une méconnaissance de la différence entre les sens des motségalité, équivalence, similitude et identité.3 + 5 + 4 + 7 = 2 + 6 + 4,5 + 6,5mais ces deux expressions ne sont pas identiques.De même, Tous les hommes ont une intelligence égale.mais le dosage que chacun a des différentes composantes de l'intelligenceet qui ne se réduisent en aucun cas à celles qui font un bon joueur d'échec ou un fin politicience dosage est différent en chacun de nous.Dans certains cas d'ailleurscet équilibre particulier rend quasi-inutile, voir nocif l'apprentissage de telle ou telle compétence mentale d'où la mesure que doit prendre tout enseignant de la "résistance à l'apprentissage" de celui qu'il veut faire progresser.

Le bateleur 23/08/2007 15:18

Délicieuse distinction entre persuader et convaincrequi semble avoir disparue de nos jours et s'être fondue en un mot bien plus belliqueux.Suffit-il de persuader l'élève pour qu'il adhère ...Ou faut-il obligatoirement faire confiance à son pas ?

le bateleur 12/12/2006 17:40

"je ne réclame pas leur suffrage, je ne sollicite pas une aveugle approbation, mais je demande de la confiance, de la docilité et de la persévérance à suivre la route que je vais leur indiquer."La confiance est ce qui fait le plus défaut actuellement à la situation pédagogique.Et ce n'est pas la demande de sécurité, de preuves, de bilans, toujours plus nombreux et plus bureaucratiques qui aide à ce qu'elle s'établisse.Dans une période qui ne supporte plus ni le doute, ni la difficulté transitoire (et donc l'effort) chacun ressent la pression de la demande sécuritaire- "que dois-je exiger pour que mes enfants soient certains de réussir ?" (sous-tendu : "et n'éprouvent aucune difficulté en classe")- "je ne sais pas immédiatement faire le travail que me propose le prof, suis-je en train de devenir mauvais ... maman j'ai peur !"- "évitons de proposer des situations complexes qui fragiliseraient les acquis. L'important est qu'ils sachent faire ce qu'on leur demande à la fin de l'année. "attitude qui revient à empêcher les petites pommes verreuses de tomber, quitte à les scotcher à l'arbre,alors que c'est précisément ce qu'il faudrait faire pour rendre les acquis plus consistants ... sur le long terme.(mais qui se préoccupe du long terme, ou a le loisir de s'en préoccuper, lorsque ce qui est pris en compte est uniquement  le bilan de l'année, du trimestre, voire même de l'heure de cours."Et qu'ont-il appris dans ce cours là, où est le résumé de la leçon ? Où sont les explications qui permettrons de refaire les gestes qui sauvent ?"Oui, la confiance est loinet plus l'enfant grandi et plus il lui est difficile de l'accorder.N'est-ce pas pour cette raison que les élèves au collège donnent souvent l'impression de régresser ?

le bateleur 12/12/2006 17:27

"Je pense que tout homme est un animal raisonnable capable par conséquent de saisir des rapports."Et c'est précisément pour cette raison que la notion de rapport, de proportion, de proportionnalité et les opérations qui y sont liées et notamment la division, sont des objectifs pédagogiques qui doivent être visés, approfondis, enrichis, tout au long de la scolarité (y compris au Lycée).Penser qu'il suffit d'exiber une division, d'en "expliquer" le principe et de procurer quelques situations où l'on prétendra avoir "donné du sens" est un non-sens.Malheureusement ce non-sens est actuellement le sens unique de circulation et l'apauvrissement des expressions* est cause de la plupart des errances de la jeunesse au moment des études (qui devraient être) supérieures.* les capacités demeurent, mais enfouies profondément dans l'être, il faut des (auto)fouilles archéologiques (que l'on nomme parfois "remédiation") pour les mettre à jour et redonner à la personne le pouvoir et l'envie d'en user.

Le bateleur 12/12/2006 12:05

Bien avant les scientifiques qui étudient le cerveau de l'homme et la perception, Jacotot avait compris le rôle du "pari perceptif" qui fait voir à chacun ce qu'il y avait déjà comme image dans son intention.