Joseph Jacotot E. U. Langue Maternelle Douzième Leçon - 2

Publié le par Joseph Jacotot



 Pages 124 à 125



Douzième leçon - Deuxième partie





    Lorsqu’on étudie dans La Harpe ou dans Quintilien les règles de l’art oratoire, on s’attache à retenir par cœur ce qu’ils ont dit ; on le récite sous mille formes différentes dans la conversation ; on l’écrit, on s’en sert comme de raisons sans répliques. On suit ainsi, jusqu’à la fin de ses jours, la vieille méthode, la méthode untel a dit .

    Faites précisément le contraire : commencez par apprendre un auteur, répétez-le sans cesse, rapportez-y toutes vos autres lectures, vérifiez les remarques des grammairiens et des rhéteurs; mais finissez par cette vérification, et votre instruction se fera rapidement et plus sûrement. Voilà ce que j’avance : ceci n’est pas une opinion, c’est un fait. Qu’on répète ou non l’expérience, peu m’importe : je crois d’avance qu’on n’en fera rien. L’espèce humaine n’entend pas : les petites espèces, c’est-à-dire, les corporations, sont de la même nature. Je m’occupe d’un individu, je lui offre mes services, et voilà tout.

    C’est un beau précepte que celui d’aimer son prochain comme soi-même, quoiqu’il soit bien difficile de l’observer ! On le peut; mais il n’est pas dit : Aimez le genre humain comme vous-même; cela n’aurait aucun sens. Le genre humain n’a besoin d’aucun individu; et, quelles que soient ses prétentions, elles ne vont pas jusqu’à l’orgueil d’instruire le plus petit des corps savans. Ces êtres abstraits ont des habitudes, des préjugés invariables. Ils ont un idiome à part qu’on appelle la langue de la république des lettres, qui ne ressemble à rien à la langue de la république romaine. Je pense que c’est la dernière qu’il faut étudier, sauf à lire les commentateurs de l’idiome, si vous en avez le temps.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article