Lettre à Son Altesse Royale le Prince Frédéric des Pays-Bas le 14 Juin 1827

Publié le par Joseph Jacotot



Mon Prince,

Monsieur le capitaine Bouhtay qui aura l’honneur de remettre cette lettre à Votre Altesse Royale a rempli, avec zèle, la mission honorable dont il a été chargé à l’école normale. Ce militaire, distingué par ses talents, ainsi que par son dévouement au Roi, a fait tout ce qui était en son pouvoir pour suivre les conseils que je lui ai donné d’après la recommandation de Votre Altesse Royale.

Messieurs les officiers sont pleins de bonnes dispositions, comme Votre Altesse Royale le verra par la demande que M. le capitaine Bouhtay aura l’honneur de lui présenter. Je dois rendre justice à leur zèle ; il mérite d’être récompensé ; je le désire, et j’ose l’espérer de l’auguste protecteur de l’enseignement universel. Mais la confiance dont Votre Altesse Royale m’honore, me fait une loi de Lui dire que Messieurs les officiers sont suffisamment instruits dans la méthode et que toute prolongation serait désormais inutilement dispendieuse.

Il est vrai que MM. les officiers ne pourront jamais profiter, que pour eux-mêmes et pour leurs familles, du bienfait de l’enseignement universel. Tout établissement dans les corps est impossible, sous la direction de l’ancienne méthode, comme j’ai eut l’honneur de l’annocer à Son Altesse Royale ; mais, quelle que soit mon opinion à cet égard, je ne suis pas moins prêt à rendre encore tous les services qui dépendent de moi à d’autres personnes que Votre Altesse Royale daignerait m’indiquer.

Outre la satisfaction que j’éprouve d’être jugé bon à quelque chose, par un gouvernement à qui je dois tant de reconnaissance, je vois avec plaisir que le bienfait se répand ainsi de plus en plus dans les familles. MM. les officiers sont aujourd’hui tout à nous sous ce rapport. Autant la vieille méthode désignera d’élèves, autant l’enseignement universel en absorbera. MM. les colonels et les lieutenants généraux pourraient jouir du même avantage, et je suis disposé à leur rendre le même service, pour le bien de leurs familles, ou pour celui du Royaume, s’ils pensaient qu’il est de leur intérêt de m’en prier, ou si Votre Altesse Royale jugerait à propos de les réunir en école normale.

Ainsi, mon Prince, l’école normale d’officiers est terminée et je viens en l’annonçant, me mettre de nouveau à la disposition et sous la main de Votre Altesse Royale pour tout ce qui Lui plaira de m’ordonner.


J’ai l’honneur etc.


Louvain le 14 Juin 1827


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article