Lettre de M. Le Commissaire général de la guerre (pour Son Altesse Royale le Prince Frédéric des Pays-Bas) - 27 Août 1827

Publié le par Joseph Jacotot

Bruxelles ce 27 Août 1827
 

Il m’a été agréable, monsieur, d’apprendre par votre lettre du 28 juin dernier que vous voulez bien continuer à donner vos soins à l’école normale de l’enseignement universel, à laquelle, pour satisfaire au désir de la majeur partie des officiers, qui se trouvent actuellement réunis à Louvain, le Roi consent qu’il soit donné une plus grande extension. Mais n’ayant pas trouvé, dans la lettre précitée, l’indication demandée du nombre d’élèves qui devraient être admis à l’école normale, ni du degré d’instruction préalable de rigueur, et voulant écarter, près de vous, toute idée de responsabilité, par rapport à ce choix, ainsi qu’à la présente mesure, j’ai cru, pour mettre un terme à mon incertitude, devoir m’adresser à monsieur le lieutenant général Baron de Constant Rebecque, en le priant de s’entendre à cet effet avec monsieur le capitaine Bouhtay ; dans la persuasion que cet officier n’agirait que d’après vos conseils.

Cette démarche a eut, pour résultat, les propositions suivantes :

1° De détacher de chaque régiment d’infanterie, un sous-officier et un cadet, et de chaque régiment de cavalerie un sous-officier et ou un cadet.

2° D’établir que le degrés d’instruction préalable, consistera à savoir lire et écrire couramment et de posséder l’arithmétique.

3° De diviser les officiers qui fréquenteraient l’école normale en deux classe, savoir :

a les officiers instructeurs, et b ceux à qui l’instruction doit être appliquée.

Ayant Approuvé ces propositions, j’ai donné en conséquence les ordres nécessaires pour que le dit nombre des cadets et sous-officiers soit mis à disposition de l’école normale.

D’après vos dispositions bienveillante, manifestées dans le temps, je me flatte que vous voudrez bien me faire connaître à monsieur le capitaine Bouhtay vos idées relativement à la formation des deux classes ci-dessus mentionnées et guider cet officier par vos lumières dans la direction ultérieure de cet enseignement.

 

Le Commissaire général de la guerre

 
Signé
Frédérik
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article