Lettre à son Altesse Royale le Prince Frédéric des Pays-Bas, le 28 Août 1827

Publié le par Joseph Jacotot

Mon Prince,

Maintenant que je suis sûr, par la lettre de Votre Altesse Royale du 27 de ce mois, qu’on n’imputera point les résultats de l’école normale à l’enseignement universel, il ne me reste plus qu’à donner à Votre Altesse Royale la preuve du dévouement dont je lui ai donné tant de fois l’assurance. Il n’a pas tenu à moi que le service ne fut complet, mais je vais faire tout ce que je pourrai pour entrer dans les vues de Votre Altesse Royale et remplir toutes les intentions de Sa Majesté. Dans tous les cas, quarante et quelques familles belges vont, de nouveau, profiter du bienfait de l’enseignement universel ; cette pensée seule soutiendrait mon zèle et encouragerait mes efforts, si j’avais besoin d’encouragemens, quand il s’agit de faire ce qui plaît à Votre Altesse Royale.

J’aurais besoin de rendre compte à Votre Altesse Royale de tous les détails de cette nouvelle entreprise. Il y en a déjà de fort curieux. M. le commandant de la place met beaucoup de zèle à remplir ses devoirs à l’égard du matériel de l’école, mais Votre Altesse Royale sent combien il serait ridicule qu’il se mêlât de l’instruction. Il serait nécessaire que M. le capitaine Bouhtay fut affranchi de sa tutelle sur tous les points qui touchent à l’enseignement. Ce capitaine correspondra donc officiellement et directement avec le ministère toutes les fois que je lui en donnerai l’avis ; me réservant de correspondre confidentiellement avec Votre Altesse Royale ; car je ne veux rien avoir de commun avec la vieille dont les agens, supérieurs et subalternes, recommencent leurs clabauderies depuis la nouvelle organisation.

 
J’ai l’honneur etc.
 
Louvain le 28 Août 1827
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article