Benjamin Laroche: Méthode Jacotot en présence de l'Enseignement Universitaire -21

Publié le par Joseph Jacotot




Hommes moraux et religieux, quelle base donnerez-vous à votre morale, si vous déshéritez ainsi d'intelligence le grand nombre, au profit d'une minorité d'élus !

Quoi ! vous ne voyez pas que vous fournissez à la paresse, à la tiédeur, à l'indolence, une excuse toute prête, et dont elle ne manquera pas de s'armer, et contre vous, et contre elle-même?


Vous m'accusez d'erreur dans mes doctrines, dira l'un; je n'ai d'autre tort que de n'avoir point compris. Mon intelligence n'a pu discerner la vérité de l'erreur. Accusez- en mon organisation : pour moi, je suis innocent.

Vous me reprochez mes vices, dira un autre ; je n'ai point eu la force de résister aux épreuves qui se sont présentées à moi. La nature, en frappant d'une faiblesse irréparable mes facultés morales et intelligentes, m'a livré désarmé aux attaques du mal. J'ai désiré le bien, mais je n'ai pu le faire. Accusez-en mon organisation : pour moi, je suis innocent.

Mais descendons de ces hauteurs de la religion et de la morale, aux humbles bancs de nos études classiques.

Que répondrez - vous à l'élève qui vous dira que la nature ne l'a point doué de mémoire ; que son intelligence est inférieure à celle de ses condisciples ?

Vous devrez vous contenter de ces excuses ; vous ne ferez rien pour améliorer la condition de votre élève. En effet, de quoi vous serviraient vos efforts ? La nature lui a refusé l'intelligence nécessaire aux succès de ses études. Accusez-en son organisation : pour lui, à coup sûr, il est innocent.




Commenter cet article